THM-20_07988_DRHEAM CUP

Les 100 bateaux dans les starting-blocks !

Le départ de la DRHEAM-CUP/GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE sera donné dimanche à partir de 13h à Cherbourg-en-Cotentin à destination de La Trinité-sur-Mer. Dans du vent assez faible, les 100 bateaux inscrits s’élanceront sur plusieurs parcours qui ont dû être modifiés par la direction de course en raison de l’absence de vent en Mer Celtique et en Mer d’Irlande.

Parfum de rentrée des classes ce samedi sous le soleil de Cherbourg-en-Cotentin ! Depuis vendredi, arborant fièrement leurs pavillons, tous les bateaux inscrits sur la troisième édition de la DRHEAM-CUP/GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE  sont réunis (à l’exception des trois Ultimes, Sodebo Ultim 3, Maxi Edmond de Rothschild et Actual Leader qui arriveront dimanche matin) à Port Chantereyne, l’occasion pour de nombreux visiteurs de venir les admirer et de retrouver l’ambiance si particulière des départs de grandes courses au large.

« On ne peut que remercier l’organisateur et la Ville de Cherbourg-en-Cotentin de nous offrir cette occasion de regouter au stress des veilles de départ, avec les contrôles sécu, l’analyse des fichiers météo, et de retrouver tous nos camarades de jeu. C’est vraiment agréable de se parler de nouveau sur les pontons, on mesure tout le travail qui a été fait pour que cette course ait lieu. On va enfin régater, nos bateaux sont faits pour ça », se réjouit ainsi Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en Peloton-ARSEP), tenant du titre de la course en Multi50.

Et cette course s’annonce intense dans toutes les flottes, tant les conditions météo devraient proposer un joli panel de conditions sur les trois parcours. Des parcours que le directeur de course Hervé Gautier, après des échanges avec le consultant météo de la course Christian Dumard, a décidé de raccourcir. « Une grosse zone de molle s’annonce à partir de lundi en Mer Celtique et en Mer d’Irlande, liée à une dorsale anticyclonique qui s’installe, le risque était de bloquer la flotte de 24 à 48 heures. Nous avons cependant voulu garder la philosophie des parcours prévus en fixant des waypoints en Mer Celtique », explique-t-il.

Les passages du Fastnet pour la DRHEAM CUP 1100 (Ultimes) et la DRHEAM-CUP 700 (Multi50, Class40, Grands Monocoques, Multi 2000) ont été supprimés, tout comme celui de l’île de Man pour les Ultimes. A la place, les trois maxi trimarans iront chercher un waypoint situé par 51°Nord 8°Ouest, avant une descente vers la Bretagne et une nouvelle marque à passer, la cardinale Ouest de Rochebonne, soit un parcours de 750 milles.

Pour ce qui est de la DRHEAM-CUP 700, les Multi50 iront chercher le même waypoint en Mer Celtique (51°Nord 8°Ouest) avant de revenir vers La Trinité-sur-Mer (615 milles), tandis que les Class40, Multi 2000 et Open Grands Monocoques iront un peu moins loin (waypoint par 50°Nord 8°Ouest), soit un total de 550 milles. Pas de changement en revanche du côté de la DRHEAM-CUP 400 (Figaro Bénéteau 3, IRC, yachts classiques).

Quant au parcours de départ, il sera le même pour toutes les classes : bouée de dégagement La Manche (à 2 milles de la ligne) à laisser à bâbord, puis d’Omonville (à 10 milles) à tribord, avant d’attaquer la traversée de la Manche vers Shambles.

Du côté de la météo, la parole est à Christian Dumard : « Ce sera un départ au près dans du vent d’ouest pas très fort, 8-10 nœuds, avec du courant descendant, donc favorable. Il y a ensuite un front mou à traverser vers Shambles, puis le vent va basculer d’ouest à est, ce qui devrait donner lieu à une descente au portant assez sympa le long des côtes anglaises lundi matin dans une quinzaine de nœuds. La fin de course devrait se faire dans du vent de nord-est qui va peu à peu mollir, la majorité de la flotte devrait arriver mardi en après-midi et soirée à La Trinité-sur-Mer. »

Bref, un beau panel de conditions pour le premier GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, dont le départ se fera sous les yeux de la toute nouvelle Ministre de la Mer, Annick Girardin.

Ils ont dit :

Alexis Loison (Région Normandie, inscrit en Figaro Bénéteau 3) : « Le départ sera peut-être un peu pluvieux, avec pas beaucoup de vent, mais ça me va très bien, parce que c’est ma rentrée après ma blessure au genou, et pour le spectacle, un départ en douceur, c’est très bien. En tout cas, ça ne sera pas simple au début et ça ne va pas s’arranger pour la traversée de la Manche, les premières heures de course vont être assez décisives. J’ai forcément envie de bien faire parce que ce départ se passe chez moi, c’est de la bonne pression, je trouve que c’est bien de redémarrer de la maison, j’ai mes repères. Ça faisait longtemps que j’avais coché cette DRHEAM-CUP/GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE à mon calendrier, je suis content que l’ensemble des Figaro aient répondu présent, c’est important pour la classe de montrer qu’on a de bons bateaux et de grands marins, et c’est bien de se mélanger aux autres classes. »

Fabrice Payen (Team Vent Debout, inscrit en Multi 2000) : « Je suis très content de pouvoir enfin régater, ça s’annonce assez léger au niveau des conditions. L’idée pour nous est ce donner de la visibilité à l’association Team Vent Debout et de changer les regards sur le handicap. Je pense que nous sommes le premier équipage de course au large 100% handi. C’est sympa de voir cette flotte, c’est une des seules courses où il y a toutes les classes réunies, avec les classes habituelles de la course au large et les IRC. »

François Moriceau (Mary, inscrit en IRC double) : « C’est la première régate de l’année, donc ça fait plaisir, en plus sur un parcours sympa. On espère prendre du bon temps, face à des concurrents sérieux, on est pas mal de bateaux identiques, des JPK 1030 menés en double, on est là pour s’étalonner avec les autres, et comme on est trinitains, on rentre à la maison, c’est parfait ! C’est aussi intéressant pour nous de naviguer avec les Figaro qui sont des bateaux assez proches des nôtres, on apprend toujours en naviguant aux côtés de professionnels. »

Eric Fries (Fastwave 6, inscrit en IRC équipages) : « Je suis très impressionné par la qualité de l’organisation qui a fait un travail tout à fait remarquable. Nous découvrons notre bateau, un JPK 1180 que nous avons reçu juste avant le confinement, nous sommes impatients de nous confronter à la concurrence, parce que nous n’avons pas beaucoup de repères par rapport aux autres. Au niveau météo, ça s’annonce un peu compliqué au début, avec peut-être un premier passage à niveau à Omonville, ensuite il y a pas mal d’incertitudes, mais de quoi s’amuser. »

Luke Berry (Lamotte-Module Création, inscrit en Class40) : « Quand je suis arrivé dans le port vendredi soir, il y avait tous les drapeaux, c’était assez magique, ça donne envie de régater ! Ça va être assez varié, avec une traversée de la Manche au près, puis un joli petit bord de portant VMG le long des côtes anglaises. Je pense que les conditions sont assez favorables à mon bateau qui est à l’aise dans du VMG portant de moins de 20 nœuds. »