THM-20_08472_DRHEAM CUP

Paroles de veille de départ

Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en peloton-ARSEP, inscrit en Multi50) : « C’est un peu ambiance rentrée des classes, ça fait vraiment plaisir et on ne peut que remercier l’organisateur et la Ville de Cherbourg-en-Cotentin de nous offrir cette occasion de regouter au stress des veilles de départ avec les contrôles sécu et l’analyse des fichiers météo, au plaisir d’entendre une procédure de départ à la VHF et de retrouver tous nos camarades de jeu qu’on ne suivait que par réseaux sociaux ces dernières semaines. C’est vraiment agréable de se parler sur les pontons et on va enfin tous faire de la course, nos bateaux sont faits pour ça, on mesure tout le travail qui a été fait pour que cette course ait lieu, parce que ça a été très compliqué. On peut s’attendre à des conditions top de 10-15 voire 20 nœuds, on va faire de belles vitesses, avec notre équipage de choc, comme sur les autres bateaux. Il y a de belles carrières à bord, on va prendre du plaisir et moi, je vais apprendre de chacun d’eux : avec Corentin (Douguet) à la nav et Billy (Besson) sur le rapport à la performance, je vais ressortir de là avec des progrès. »

Tristan Lecanu (équipier à bord de Maupiti, inscrit en IRC équipages) : « On est très contents de participer à la DRHEAM-CUP/GRAND PRIX DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, parce qu’à bord, nous sommes six, tous Cherbourgeois, on vient tous de milieux différents, certains travaillent dans la Marine, d’autres sur le port, ou font des professions autres comme pharmacien. C’est une belle reprise avec une super course qui part de chez nous, ça nous manquait d’aller en mer, le confinement était long. Il y a de très jolis bateaux ici, c’est très intéressant pour nous, amateurs, de se retrouver au milieu de tous ces professionnels de la course au large, ça permet d’échanger avec des skippers, des préparateurs et d’autres amateurs comme nous, et sur l’eau, on va pouvoir se mesurer à tout le monde, ça va être sympa, ça permet de se jauger. On a un des bateaux les plus anciens de la flotte, un JOD35, qui a fait le Tour de France il y a un moment, mais on a bon espoir de bien marcher et ça va être une belle découverte, puisque pour la plupart d’entre nous, on n’a jamais fait une course aussi longue. Pour le départ, il va falloir bien jouer avec les courants, le coin est réputé pour ça, on connaît bien les cailloux du coin, il va y avoir de la stratégie. »

Simon Koster/Valentin Gautier (Banque du Léman, inscrits en Clas40) : « C’est chouette de participer à une course multi-classes avec des IRC, des multicoques, mais aussi les Figaro qui sont en général un peu cloisonnés dans leur monde, c’est sympa de les côtoyer sur les pontons. Ce genre d’événement est très porteur pour la course au large. Le plateau en Class40 est intéressant, parce que tous les bateaux qui vont vite sont là. Et comme il n’y a pas beaucoup de vent annoncé, le jeu va être encore plus ouvert, il va y avoir de la stratégie, c’est parfait pour la première régate de l’année. Nous nous sommes entraînés pour cette course, donc on va essayer de tirer un peu sur le bateau pour voir jusqu’où on peut aller. »

Gildas Mahé (Breizh Cola, inscrit en Figaro Bénéteau 3) : « Nouveau départ de course, c’est bien, d’autant que la plupart des concurrents que l’on retrouvera sur la Solitaire du Figaro sont là, ça permet de se caler et de continuer à reprendre ses marques, j’ai bien vu sur la Solo Maître CoQ que j’avais besoin de renaviguer. A priori, il y a de belles conditions de course, on va avoir des petits airs au début, un passage de front mou le premier jour, et globalement pas mal de vent portant. C’est vraiment bien pour les Figaro de participer à une course multi-classes comme ça, c’est encore trop rare, c’est sympa d’avoir de beaux événements comme ça avec beaucoup de bateaux, toutes les classes sont gagnantes. Moi, j’ai plein de copains qui naviguent en IRC, c’est chouette de les retrouver, on échange sur des petits détails, nous aussi, on a des choses à apprendre d’eux, l’échange nourrit toujours. »

Gaston Morvan (inscrit en Figaro Bénéteau 3) : « Ça fait plaisir de retourner sur l’eau après la période de confinement, c’est ma première course de la saison. On va avoir un peu toutes les conditions, avec un petit passage de front dimanche en Manche, des transitions, des bons bords sous spi le long des côtes anglaises, puis un peu de tout pour retourner sur la Bretagne, on devrait aller assez vite avec beaucoup de spi et pas beaucoup de près. C’est sympa de retrouver des Multi50, des Class40, les grands multicoques comme Sodebo, le Maxi Edmond de Rothschild et Actual Leader, il va falloir faire attention, parce qu’autant de bateaux sur une ligne de départ, ça signifie des croisements, il va falloir être vigilant. C’est top de varier les classes comme ça. Mon objectif sera d’abord de prendre du plaisir, parce que je ne vais pas faire beaucoup de courses cette année en Figaro, après, j’ai montré l’année dernière que j’avais bien progressé au fur et à mesure de la saison, donc j’espère bien figurer et plutôt jouer aux avant-postes, un Top 10 pourrait être un bel objectif, je pense que j’en suis capable. »